Les actualités

Le Vendée Globe s’annonce, les skippers innovent

Publié le
2019 vendeeglobe
Sport

Le 8 novembre 2020 à 13 h 02, une trentaine de skippers s’élanceront des Sables d’Olonne en Vendée. Parmi eux, peut-être Benjamin Dutreux et Armel Tripon. Le premier devrait récupérer son bateau d’ici quelques jours pour une mise à l’eau en septembre. Le second fait construire son bateau qui sera mis à l’eau d’ici la fin de l’année. Yves Auvinet, président du Vendée Globe, a fait le point à un peu moins de 500 jours du départ. « Nous avons 38 candidats potentiels, 8 nouveaux bateaux, 18 avec des foils. Nous connaîtrons la liste définitive le 20 juillet 2020. » En attendant, chaque équipe s’affaire pour trouver des partenaires, s’entraîner et préparer son bateau. « Il faut trouver le bon compromis entre la fiabilité, la légèreté et la sécurité car on va de plus en plus vite mais il faut aussi ne rien casser, rappelle Armel Tripon. L’innovation, c’est indispensable mais la voile c’est aussi un sport de feeling ». 

 

« Le Vendée globe ? Un graal » 

 

 

Pour Benjamin Dutreux, cette course est « un graal. J’y pense petit à petit depuis mon arrivée dans le Team Vendée Formation à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. » Participer c’est bien. Proprement c’est encore mieux. « Aujourd’hui, chaque navigateur est responsabilisé sur l’environnement et j’ai un objectif de faire un Tour du monde à la voile avec zéro déchet. » En attendant le grand départ, chaque concurrent se scrute et observe avec attention, les avancées et les innovations des autres : bateaux, matériaux, foils, voiles… Des trésors bien gardés mais un graal commun : participer à la plus belle course du monde au large en solitaire.